L’Ermitage

Entre Histoire et légende

En 1001, le comte de Cerdagne, Guilfred, fonde le Monastère de Saint Martin, qu’il dota en 1007 de toutes les possessions d’Odeillo. Pour développer le culte marial, les moines du monastère créèrent de nombreuses statues à l’effigie de la Vierge, qu’ils éparpillèrent un peu partout dans leur territoire. Au début du XIIe siècle, en raison des pillages, nombre de ces statues ont vraisemblablement été cachées.

De là naît la légende de l’invention et de la Vierge de Font-Romeu (aussi appelée « Moreneta »).

Selon cette légende, un bouvier remarqua un jour qu’un taureau s’était détaché de son troupeau et creusait le sol près d’une fontaine, en poussant de forts beuglements. Il s’approcha alors de l’animal et découvrit dans le sol une statue de la Vierge :

A l’annonce de cette découverte, « La communauté d’Odeillo se rendit sans retard sur les lieux en procession et trouva, près de la fontaine, prosternés devant la statue de Notre-Dame, le taureau dont la providence s’était servi pour signaler son existence et le bouvier, qui, par son pieux labeur, l’avait tirée de l’obscurité et rendue aux hommages des cœurs chrétiens ».

Source : Abbé Emile Rous, Histoire de Notre-Dame de Font-Romeu, Société Saint-Augustin, Desclée de Brouwer et Cie, Lille, 1890.

La statue

Datée du XIIIè siècle, elle est en noyer doré.

Dimensions : H = 69,5 ; la = 39 ; pr = 17

 La Vierge bénit de la main droite. De la main gauche, elle tient l’Enfant Jésus qui est assis sur son genou gauche et bénit de la main droite.

La Statue dite Notre-Dame-de-Font-Romeu ou Madone de l’Invention est classée sur la liste des Monuments Historiques au titre d’objet (1928/06/05). Source : base de données Palissy.

DSC_0093smaller
Photo : Association des Amis de la Chapelle de l’Ermitage de Font-Romeu

De l’oratoire à la chapelle

Le lieu de culte de cette Vierge dotée de pouvoirs miraculeux n’est, jusqu’au XVIIè siècle, qu’un simple oratoire où les foules accomplissent leurs dévotions en plein air.  Vers 1680, l’affluence des pèlerins conduit au projet d’agrandir le sanctuaire. En 1685, l’édifice a les proportions qu’on lui connaît aujourd’hui. En 1686, on lui ajoute deux chapelles latérales et une sacristie. Puis en 1741, l’édifice est consolidé par l’ajout de lourds contreforts.

Ermitage de Font-Romeu, vue de la chapelle. Crédits : Alain Gillodes

 Ce n’est qu’en 1712 qu’on bâtit une « petite chambre » dédiée à la Vierge, le camaril. En 1733, on construisit un bâtiment abritant la piscine. Jusqu’en 1939, les voitures passaient au milieu de la cour de l’édifice, date à laquelle cette route fut déviée à l’extérieur de l’Ermitage.

Ermitage de Font-Romeu
Vue de l’Ermitage, vers 1818. Crédits : Institut du Grenat

 

Le camaril

Petit salon de style baroque de 4 m x 4m surmonté d’un plafond semi-sphérique et d’un lanterneau octogonal aveugle, le Camaril est commencé en 1712. En 1718, le sculpteur Josep Sunyer*et en 1730-34, le maître doreur Feliu Escriba**, réalisent le décor intérieur.

Deux escaliers en marbre et deux portes parallèles y donnent accès.

Le camaril abrite quatre anges ailés grandeur nature, jouant d’instruments à cordes et à vent. Les anges aux ailes dorées et aux couleurs polychromes sont de très belle facture.  On notera la grâce dans l’expression de leurs visages et leurs mouvements.

On y trouve aussi deux médaillons représentant La Présentation de Marie au Temple et La Fuite en Égypte ainsi qu’un autel dédié au Christ en croix qui fait face aux statues de la Vierge et de Saint Jean l’Evangéliste, placées en 1729.

L’artiste a utilisé la technique catalane de l’estofado pour mettre en valeur et faire ressortir la finesse de leurs vêtements. Cette technique consiste à dorer la sculpture en bois, puis à appliquer la peinture et à la gratter pour faire ressortir la dorure et ainsi souligner la finesse des dentelles.

En 2019-2020, le chantier de restauration placé sous l’égide de l’Association des Amis de la Chapelle de l’Ermitage a permis de redonner tout son éclat à ce chef d’œuvre du baroque catalan.

*Josep Sunyer i Raurell est né en 1673 à Manresa, capitale de la comarca du Bages et de la Catalogne centrale, située à quelque soixante kilomètres au nord-ouest de Barcelone. Son jeune fils, Pere Sunyer, décédé le 29 septembre 1704, est enterré dans la chapelle.

** Feliu Escriba, né en 1681 à Perpignan, faisait partie de la confrérie San Lluc.

Chapelle de l’Ermitage de Font-Romeu, camaril, détail : ange musicien. Crédits : Association des Amis de la chapelle de l‘Ermitage de Font-Romeu

Le retable du maître-autel

Autre joyau de la chapelle, le retable a été sculpté entre 1704 et 1707 par Joseph Sunyer, puis doré et polychromé par Félix Escriba. Triptyque de style baroque à la gloire de Notre Dame, il illustre les principaux épisodes de sa vie : l’Annonciation à Marie par l’Ange Gabriel, l’Adoration des Bergers et des Rois Mages et la Visitation de Marie à sa cousine Marie-Madeleine. Y figurent de magnifiques angelots (putti) jouant du violon et de la trompette et des statues de saints notamment Saint Martin).

Le retable possède aussi de magnifiques prédelles illustrant la Légende de l’Invention de Notre-Dame de Font-Romeu : au centre, le taureau agenouillé devant la statue près de la source où se tient un berger. A gauche, l’annonce de la découverte par le berger à la communauté d’Odeillo et à droite, la procession des habitants d’Odeillo vers le lieu de la découverte miraculeuse.

Les Ex-Voto

Récemment restaurés, ce sont de touchants exemples de la ferveur catholique et du culte rendu à la Vierge de Font-Romeu sous la forme de peintures sur bois, travaux d’aiguille et béquilles.

41 ex-voto sont classés au Monuments Historiques au titre d’objets.

Piscine et bâtiments annexes

A l’extérieur de la chapelle, on notera la piscine où les malades s’immergeaient dans l’espoir d’être guéris de leurs maux.

Les bâtiments annexes ont été bâtis au fil du temps pour accueillir les pèlerins.

Inscription Monuments Historiques

Façades et toitures des bâtiments de l’ermitage ; chapelle avec le décor du camaril et le retable du maître-autel  : inscription par arrêté du 18 janvier 1999

Informations utiles :

  • Hors les cérémonies religieuses et la période estivale – période pendant laquelle la chapelle est ouverte tous les jours – l’accès est possible sur demande à l’Office du Tourisme de Font-Romeu (tél. 04.68.30.68.30).
  • Pendant la saison d’été, chaque mardi soir, la chapelle de l’Ermitage  accueille une série de beaux concerts musicaux. Vente des tickets à l’Office du Tourisme.

L’Aplec (ou fête de la Vierge) du 8 septembre

Tous les ans, le 8 septembre, a lieu l’Aplec de l’Ermitage, où les pèlerins venus de toute la région se réunissent en foule pour rendre hommage à « Notre Dame de Font-Romeu » et assister à la messe célébrée par l’évêque de Perpignan, puis à la descente (ou Despedida) de la statue de la Vierge à l’église Saint Martin d’Odeillo, où elle demeurera jusqu’au dimanche de la Trinité, date à laquelle elle sera reconduite en procession (ou Pujar) à la chapelle de l’Ermitage.

L’Aplec de l’Ermitage est également l’occasion d’entendre (et d’entonner) des goigs (ou chant populaire en l’honneur de la Vierge ou des saints).

Goigs de Nostra Senyora de Font-Romeu - Détail

  • Vidéos associées à l’Ermitage :

3 réflexions sur « L’Ermitage »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *